So.bio fête ses 17ans ! - 15% sur TOUT votre magasin jusqu'au 9 octobre.

Menu

Local

7 minutes de lecture

Découvrez la vente
en circuit court
dans les magasin So.bio 

Le circuit court est une méthode de vente de plus en plus prisée, autant par les consommateurs que par les producteurs. C’est une des meilleures solutions pour obtenir des produits bios, locaux, de qualité, qui respectent l’environnement et c’est un des engagements de So.bio.

Dans tous nos magasins, nous essayons de privilégier au maximum la vente en circuit court. Grâce à nos partenariats avec des producteurs locaux, les fruits et légumes proposés sont cultivés à quelques kilomètres seulement de chez vous ! Des denrées locales et de saison : c’est le chemin écologique et humain que So.bio a choisi de vous proposer.

La vente en circuit court : qu’est-ce que c’est ?

La vente en circuit court est un type de commercialisation dans lequel il n’y a qu’un seul intermédiaire, ou pas d’intermédiaire du tout, entre les producteurs et les consommateurs. Cette proximité est souvent géographique, en particulier lorsque ce sont des produits alimentaires qui entrent en jeu. Mais elle est également relationnelle, puisque réduire les intermédiaires permet aux consommateurs de connaître le producteur de ses produits préférés. Chez So.bio, nous travaillons au maximum avec des petits producteurs qui respectent les valeurs de la bio et du développement durable, et nous les connaissons bien !

Ce mode de production est de plus en plus à la mode, et c’est tant mieux. Grâce aux circuits courts, nos clients savent ce qu’ils mettent dans leurs assiettes et quels sont les produits utilisés dans leurs crèmes de jour. Aujourd’hui, on trouve deux types de circuits courts : la vente directe et la vente avec un intermédiaire.

La vente directe permet aux producteurs d’être totalement indépendants, et aux consommateurs de développer une relation de confiance avec leurs fournisseurs. Toutefois, ces fabricants reçoivent alors la charge de commercialiser leurs produits seuls, ce qui peut être compliqué pour les plus petites entreprises. Mais les ventes en circuit court possèdent de nombreux avantages. So.bio fait le point avec vous.


Avantages et inconvénients des circuits courts

La vente en circuit court diffère des types de commercialisation classique. Voici quelques avantages, pour le producteur comme pour le client, à participer à ce mode de vente :
Une maîtrise des prix. En circuit court, l’agriculteur ou l’artisan n’est pas impacté par les variations de prix des marchés. C’est lui qui fixe son prix de vente, qui peut alors être à la hauteur du travail qu’il fournit pour produire ses produits.

Des efforts reconnus. Grâce au contact direct, ou presque direct, entre le producteur et le consommateur, les deux parties peuvent discuter de la qualité des produits vendus, de leur origine, des méthodes de production utilisées et du travail quotidien du maraîcher, de l’agriculteur, de l’éleveur ou de l’artisan.

Bien sûr, il peut être compliqué de se lancer dans la vente en circuit court. Car, en choisissant cette méthode, le producteur doit alors diversifier ses activités. En plus de produire des aliments ou des cosmétiques, il doit apprendre à vendre ses produits et, au besoin, à les transformer. Pour débuter, beaucoup choisissent de passer par un intermédiaire, comme les magasins So.bio.

Les intermédiaires entre producteur et consommateur

Lorsque les fabricants décident de déléguer la vente de leurs produits, ils peuvent choisir entre un grand nombre d’intermédiaires possible :

  • La vente en direct à un magasin spécialisé dans la Bio comme So.bio  , sans avoir besoin de passer par un distributeur.
  • Passer par un autre producteur qui aura, peut-être, déjà mis en place un point de vente pour son commerce.
  • Vendre directement aux restaurants, aux écoles, aux hôpitaux, aux coopératives ou aux cantines. Il existe même des sites sur lesquels les producteurs peuvent s’inscrire pour gagner en visibilité et être contactés.


Circuit court en direct avec le producteur.

Les différents circuits courts
qui existent

Les producteurs ont deux grands choix pour commercialiser leurs produits en circuit court et sans intermédiaire : la vente dite “à la ferme” et la vente en dehors des terres de l’agriculteur. Voici quelques exemples d’endroits où, en tant que client, on peut se rendre pour rencontrer et acheter directement nos produits à leurs fabricants :

  • Aller directement à la ferme ou sur l’exploitation. Nombreux sont les producteurs qui vendent leur production sur leurs terres. On peut y trouver des petits magasins ou des petites épiceries.
  • La cueillette en libre-service. Cette fois-ci, c’est aux clients de retrousser leurs manches, de chausser leurs bottes de pluie et de parcourir les champs en ramassant juste les fruits et légumes dont ils ont besoin. Très ludique, cette méthode permet aux consommateurs d’approcher, au plus près, les produits. Ils se dirigent ensuite vers une boutique, leur récolte dans les mains, pour régler ce qu’ils viennent de cueillir.
  • Les distributeurs automatiques. Cette idée originale se développe de plus en plus : des distributeurs de produits fermiers. Généralement placés aux alentours du lieu de production, ces distributeurs en libre-service permettent de venir chercher, n’importe quand, des produits comme du lait de ferme, des œufs, des légumes, des fruits ou même des boîtes de conserve. De cette manière, le producteur n’a pas besoin d’être toujours présent sur le point de vente.

 

Pour les ventes en extérieur, voici quelques endroits où vous pouvez retrouver vos producteurs et vos produits préférés :

  • Sur les marchés, bien sûr. C’est le point de vente le plus typique des petits producteurs locaux en circuit court. Il existe même des marchés de producteurs, où vous êtes certain de ne trouver que des petits producteurs directs. Pour savoir où et quand ils ont lieu, vous pouvez facilement trouver les informations sur le site internet de votre ville.
  • La vente à domicile. Certains producteurs livrent eux-mêmes leurs produits directement chez vous. D’autres peuvent choisir de passer par la poste pour vous envoyer vos colis de nourriture précommandés.
  • La vente en bord de route. Lorsqu’ils en font la demande, les producteurs peuvent s’installer aux abords de routes très fréquentées afin de vendre leurs produits. Cela se fait beaucoup pour les fruits et légumes de saison, comme les oranges ou les fraises.
  • La vente à des associations de consommateurs. Les producteurs peuvent créer des partenariats avec des associations qui prônent le bio, le local, le zéro déchet ou encore l’agriculture responsable. Pour en bénéficier, il suffit de s’inscrire sur des listes, de régler un montant, souvent dérisoire, chaque mois ou chaque semaine et, ensuite, d’aller simplement chercher son panier rempli de produits locaux et de saison. Les AMAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) en sont l’exemple le plus connu. Il existe également “Les jardins de Cocagne”, qui proposent des produits bios cultivés sur des exploitations qui n’emploient que des personnes en situation précaire. Un vrai engagement social !

 

 

Il est important de savoir ce que l’on met dans son assiette. Chez So.bio, nos petits producteurs, on y tient beaucoup, alors on les soutient. Nous avons établi des partenariats avec les producteurs locaux de toutes les villes dans lesquelles nous nous sommes implantés. Cela nous permet de vous proposer des produits sélectionnés dont nous connaissons l’origine, la qualité et la fraîcheur. Vous pouvez découvrir ces artisans du bio sur notre site et les soutenir à votre tour en passant par nos rayons !

D'autres contenus
qui pourraient vous intéresser

Découvrez nos autres articles pépites et
conseils bien-être