So.bio fête ses 17ans ! - 15% sur TOUT votre magasin jusqu'au 9 octobre.

Menu

Mangeons bio et de saison

5 minutes de lecture

Vin biologique :
So.bio en dit plus
sur cette appellation ! 

Le vin biologique est un vin issu d’une viticulture et d’un processus de vinification biologique. Saviez-vous que cette appellation n’existe que depuis 2012 ? Mais ce processus existe depuis bien plus longtemps… So.bio vous explique tout !

L’appellation “vin biologique” est établie dans le cahier des charges de l’agriculture biologique depuis 2012. Avant cela, on ne certifiait biologiquement que la viticulture, et non pas le produit final. L’agriculture biologique a commencé à recevoir ses premières certifications pendant les années 1960, influencée par l’agriculture biodynamique, dont nous reparlerons un peu plus tard.


Ainsi, consommer ce type de vin, c’est être assuré de ne pas trouver de pesticides dans son verre et de boire un vin de qualité, sans produits chimiques dangereux pour le corps, tiré d’un raisin cultivé en respectant la biodiversité et le vivant. Depuis la création du cahier des charges qui encadre les productions biologiques, la vinification est bien plus contrôlée : un gage de qualité. Chez So.bio, tous nos vins sont labellisés AB et on va même plus loin… Mais avant de vous en dire plus, faisons un point sur les viticultures bios et conventionnelles.

Viticulture bio et viticulture conventionnelle : quelles sont les différences ?

Les pratiques des vignerons changent en fonction du type d’agriculture qu’ils font. Selon qu’ils produisent du vin AB ou non, chaque étape de leur travail est différente : du désherbage des vignes à la vinification, en passant par les moyens d’entretien des ceps et des baies, les grains de raisin.

Désherber les champs de vigne

Dans le cadre d’une agriculture conventionnelle, les pesticides sont utilisés en quantité. En France, les vignes couvrent 3% de la surface agricole nationale, et comptabilisent pourtant 20% des pesticides répandus sur une année. C’est énorme !

Dans le cadre de la fabrication de vin biologique, tous les pesticides, herbicides, produits chimiques et produits de synthèse sont bannis. Chez les vignerons bios, le désherbage se fait mécaniquement ou à la main, et seulement sous les pieds des ceps et généralement, les rangs de vigne restent naturels. Bref, on reste à l’état sauvage !

Entretenir, traiter et protéger la vigne

Le viticulteur non bio utilise, là aussi, des produits chimiques pour entretenir ses vignes. Pour lutter contre le mildiou, l’oïdium ou les cicadelles, il va venir pulvériser des fongicides et des insecticides sur le bois, les feuilles et les grappes de raisins.

Le viticulteur qui travaille en respectant la nature va utiliser ce que l’on surnomme “la bouillie bordelaise”. Cette poudre est un mélange de soufre et de sulfates de cuivre, qui va agir comme un traitement fongicide. Ce sont, par ailleurs, les seuls produits autorisés par la réglementation du bio.

Produire le vin

Écologiques ou pas, tous les raisins sont transformés en vin de la même façon : grâce à des levures qui créent la fermentation alcoolique. La différence se trouve alors dans le composé de la levure.
Les vignerons conventionnels peuvent ajouter librement des levures chimiques et pratiquent le soufrage.

Nos amis les vignerons labellisés AB, quant à eux, pratiquent le “collage” et peuvent également utiliser des levures chimiques, mais cette pratique est limitée. Le collage est une technique datant des siècles romains (rien que ça !) qui consiste à incorporer un produit spécifique d’origine animale (gélatine, blanc d’œuf, etc.) qui va permettre de clarifier le vin en fin de fermentation. Cette action va alors avoir pour effet d’éliminer les particules restées en suspension.

À la différence du conventionnel, les vignerons bios doivent respecter le cahier des charges européen pour pouvoir être labellisé AB.

Label et certification : ce que dit le cahier des charges

Ce cahier des charges des bonnes pratiques biologiques est une réglementation de niveau européen. Il permet d’avoir des raisins issus de l’agriculture biologique, puis vinifiés avec des méthodes conformes aux valeurs de la filière bio. On y trouve :

  • L’interdiction de certaines pratiques : désalcoolisation partielle, traitements par électrolyse, concentration partielle à froid, etc.
  • 100% des ingrédients utilisés doivent être certifiés bio (raisins, sucre, alcool, etc.)
  • La limitation du soufre, ou sulfites. S’il y en a, cela doit être mentionné sur l’étiquette.
  • Une liste limitée de tous les additifs utilisés dans la vinification conventionnelle.

Mais les vins sans sulfite sont-ils meilleurs pour la santé ? So.bio vous informe.

Vin bio et sulfites : on fait le point

D’abord, sachez que tous les vins contiennent naturellement des sulfites. Lors de la fermentation alcoolique, les levures naturelles (contenues dans la peau du grain de raisin) produisent du dioxyde de soufre, mais en quantité infime.

Dans la fabrication classique, on ajoute des sulfites, car ils possèdent des propriétés antiseptiques, mais surtout, car ils aident à la conservation du vin.
Dans le vin biologique, les sulfites sont présents en toute petite quantité afin d’obtenir le label. Et c’est tant mieux ! Les vins ne se conservent plus pendant 20 ans, certes, mais fini les maux de crânes après une soirée arrosée, puisque ce sont les sulfites les responsables !

Savoir différencier le vin biodynamique et le vin bio

Les fabricants de vin biodynamique vont encore plus loin que les viticulteurs bios et nous avons à cœur de dénicher pour vous, ses vignerons pépites pour vous les proposer en magasin ! En Biodynamie, la méthode va être de développer au maximum la biodiversité des sols de la vigne, afin d’arriver à un meilleur échange entre la plante et la terre.


Pour ce faire, les vignerons vont utiliser des préparations, des infusions, des décoctions, des purins, des tisanes, etc. pour entretenir la vigne. Ils s’appuient également sur le calendrier lunaire pour combiner de la meilleure façon la plante, le sol et la lune.

Philosophie et Œnologie : l’agriculture biodynamique

Cette agriculture s’appuie en fait sur la philosophie de l’agronome allemand du XXe siècle : Rudolf Steiner. Pour Steiner, il faut rétablir les cycles vertueux entre le sol, la plante, les insectes, la lune et le ciel pour que la vigne se développe correctement.

Mais les vignerons biodynamiques ne sont pas les seuls à s’inspirer de méthodes philosophiques : les agriculteurs bios utilisent parfois ces procédés pour s’occuper du vin. D’ailleurs, la plupart qui possèdent aujourd'hui la certification Déméter (une certification biodynamique), sont d’abord passés par le label AB.

Côté vinification, la filtration et le collage du vin sont autorisés. La chaptalisation l’est seulement pour les vins pétillants (l'ajout de sucre pour augmenter le degré d’alcool du vin). La dose de soufre, ou sulfites, est d’environ 70 Mg/L pour les vins rouges, et 90 Mg/L pour les vins blancs.

Nos producteurs locaux de vins en biodynamie du Beaujolais

Chez So.bio, nos producteurs du Domaine du Crêt de Bine dans le Beaujolais font partie des caves travaillant en biodynamie. Ils sont peu de viticulteurs à proposer ce genre de boisson dans le Beaujolais. Venez les retrouver dans votre rayon Cave !


Belle grappe de raisin biologique

Le vin naturel, la boisson plus Bio que Bio

Pour les puristes, il existe une catégorie de vin bio sans aucun sulfite ajouté : le vin naturel. Ce “vin méthode nature” est fabriqué à partir d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, mais n’autorise aucun intrant ni aucune technique qui pourrait venir modifier la transformation du raisin. Par exemple, pour obtenir le label “vin méthode nature”, il faut :

  • effectuer des vendanges manuelles ;
  • ne pas utiliser de techniques dites brutales sur le produit, comme l’osmose inverse, la filtration, le flash pasteurisation, la thermovinification, la filtration tangentielle ou la centrifugation ;
  • 100% des produits utilisés doivent provenir de l’agriculture biologique.
  • n’ajouter aucun intrant œnologique ni aucun sulfite avant et pendant la fermentation ;

 

Du soufre reste présent, puisqu’il est créé naturellement, mais en très petite quantité. À titre indicatif, voici un comparatif de 4 types de vin :

  • Vin rouge conventionnel : 160 Mg/L de soufre ;
  • Vin rouge biologique : 100 Mg/L de soufre ;
  • Vin rouge biodynamique : 70 Mg/L de soufre ;
  • Vin rouge méthode nature : 30 Mg/L de soufre.

Les meilleurs vins bios

Les vins bios ne sont pas forcément les plus chers sur le marché. On peut facilement trouver des bouteilles correctes de vin rouge bio pour moins de dix euros.

Les vins fabriqués avec les techniques des anciens, les biodynamiques, reviennent un peu plus cher à l’achat. Mais, ils contiennent moins de sulfites : vous aurez moins mal à la tête après la dégustation et c’est tout bénéfique pour votre santé (en buvant avec modération) !

Les vins naturels n’ont pas encore de réelle certification. Le syndicat de défense des vins naturels tente d’encadrer au mieux cette pratique afin d’obtenir, enfin, un label. Nous gardons un œil dessus !

Chez So.bio, nous ne vous poussons à rien : c’est vous qui faites votre choix, en fonction de vos préférences et de vos valeurs. Notre mission ? Vous informer et répondre à toutes vos questions, quel que soit votre type de Bio. Que vous soyez novice, amateur ou bon connaisseur, nous nous adaptons à votre Bio pour vous proposer LE bon produit qui VOUS correspond.

D'autres contenus
qui pourraient vous intéresser

Découvrez nos autres articles pépites et
conseils bien-être